UNE LONGUE HISTOIRE

Le Domaine de VERDIGNAN

Connu pour être une des plus anciennes propriétés viticoles du canton de Pauillac, et certainement la plus ancienne de Saint Seurin de Cadourne, Verdignan se fait d’abord remarquer par la très belle architecture de son château. Le domaine est resté dans la même famille de la fin du 18ème siècle jusqu’en 1934, ce qui montre que les anciens propriétaires aimaient séjourner dans ce lieu chargé d’histoire à la vue imprenable.

Le château est encore imposant bien qu’il ait perdu 1/3 de sa surface côté sud suite à un incendie dans les années 40. Les amateurs de photos qui s’y arrêtent nombreux lui trouvent une similitude architecturale avec d’autres constructions médocaine antérieures à cette partie du 18ème siècle.

Sur le linteau en pierre de la porte la plus ancienne du cuvier de Verdignan figure une date : 1720.

Les abbayes ont détenu pendant de très nombreuses années le savoir-faire de l’élaboration des vins. Il n’est donc pas étonnant que le cuvier de Verdignan soit construit à quelques centaines de mètres de l’ancienne abbaye de Cadourne, halte connue pour les pèlerins de Compostelle qui traversaient l’estuaire en arrivant au port du village dénommé La Maréchale. Ce port qui fut aussi un lieu fréquent de chargement des gabarres pour amener les barriques de vin jusqu’à Bordeaux.

La famille Miailhe

Originaire du Tarn et Garonne, cette famille s’établit à Portets dans les Graves puis à Bordeaux. Connus comme courtier en vin ; le premier à entrer dans cette profession fut Elie, nommé Courtier Royal par lettre patente en 1793 (source bibliothèque départementale).

Le bureau de courtage du même nom ne vit seulement le jour qu’en 1818 (source familiale). Des générations successives exercèrent cette profession sans discontinuité. Jean Miailhe fut le dernier à vivre de cette activité qu’il arrêta en 1970.

Le premier membre de la famille Miailhe à devenir viticulteur dans le milieu du 19ème siècle fut Frédéric (Château Siran) par un hasard de sa vie privée : son mariage.

Plus tard, pendant les grandes crises viticoles des années 1920 à 1950, ses deux fils Louis et Edouard complétèrent leur activité de courtier en investissant dans d’autres crus médocains.

Depuis la vente de Pichon Contesse par May Eliane de Lencquesaing (fille d’Edouard), le dernier viticulteur de cette branche familiale est son neveu Edouard Miailhe à Siran.

En 1924, Louis achète Coufran et seul son fils Jean reste dans la viticulture pour prendre sa suite à Saint Seurin-de-Cadourne. C’est ainsi qu’il a l’opportunité de devenir propriétaire du Château voisin ;  VERDIGNAN en deux temps, 1972 puis 1975.

Depuis les années 80, ses deux enfants Marie Cécile Vicaire et Eric Miailhe ont pris le relais.